• Laure Gombault romancière

L'Homme du train sur Babelio

Critique d'une bloggeuse : Voici le troisième roman que j'évalue dans le cadre du Jury des lecteurs Libronova. C'est une agréable découverte. le résumé est attrayant, la couverture comme le titre sont attractifs. Les premiers pas dans le livre sont prometteurs et je ne suis pas déçue par ma lecture. Une seule journée m'a suffi pour en venir à bout. J'étais bien curieuse de lire la destinée de Tania. L'héroïne est une jeune femme, mariée et aimante, mère d'un petit garçon Hugo. Elle a construit sa vie après une enfance bouleversée par un père violent envers son épouse, sa maman. Afin de protéger la gente féminine, Tania se dévoue au « sexe faible » et aide ses prochaines à s'affranchir de la maltraitance conjugale. Elle rencontre l'homme du train, un homme mystérieux qui lui glisse des œillades

aguichantes et prometteuses auxquelles Tania succombe aveuglément. A partir de cet instant, sa vie est déséquilibrée. Pire, elle succombe au magnétisme et à l'autorité de cet inconnu, glissant dans la peau de la femme victime. Laure GOMBAULT a une plume efficace. Aucun chapitre ne cloisonne les évènements. Je passe d'une scène à l'autre grâce à des sauts de ligne. Cela ne m'a pas dérangée. Le personnage de Tania est assez bien caractérisé. Celui de Romain, personnage secondaire, est aussi esquissé avec efficacité. Quant à l'homme du train, le premier abord est séduisant mais il cache son vrai visage… Au cours de l'aventure, il se dévoile. J'aurais aimé plus de nuances et un parcours moins connu. Ce personnage, nous l'avons tous déjà rencontré avec ses spectres classiques. J'imagine que l'auteure aurait pu le rendre unique avec des actes et des actions au coeur même du roman. J'ai eu l'impression qu'il subissait son passé et que le présent lui était fatal. Sarah M. est un personnage ambivalent, de part sa situation familiale et sa vie de couple. Elle est victime de son mari violent. Elle évolue et devient forte et conquérante. Par contre, je l'ai trouvé non aboutie dans son désir, en tant que femme, surtout dans la dernière partie de l'histoire. Ses motivations se sont un peu floutées. Son compagnon (et ami) a échappé à ma compréhension : si l'histoire se poursuivait, quel choix aurait-il effectué concernant Sarah ? Qu'attendait Sarah de lui sur le long terme ? La chute du roman est la continuité attendue, positive pour ces femmes. Un dernier retournement aurait-il été possible pour notre plus grand plaisir de lecture l'histoire de nous surprendre ? Conclusion : Ce roman est intrigant et intéressant. Il est abouti. L'auteure mène efficacement ses personnages là où elle le souhaite. L'homme du train mérite d'être remarqué pour être amélioré, encore, sur de petits détails, aboutissement qui pourrait le propulser vers un lectorat plus convaincu et plus nombreux.


44 vues

Posts récents

Voir tout

Écrire ou jardiner ?

Je suis dans une phase de réécriture de mon nouveau roman. Qu'est- ce à dire ? C'est comme travailler la terre, la retourner, débroussailler, couper, replanter. D'un terrain vague, composer un jardin

suivez-moi

© 2019
Proudly created with Wix.com

 

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now