• Laure Gombault romancière

Je vous dit tout !

Je vous dis tout ou presque sur mon roman "Le ventre de Vénus" qui paraîtra le 2 décembre, mais rassurez vous, je ne spoile pas l'histoire ! Seulement, je vous raconte ce qui vous donnera envie de le lire ou pas !


Pourquoi cette couverture ?

La couverture de mon roman a été réalisée par Ethan, graphiste et actif sur les réseaux sociaux. Il a bien compris ce que je voulais, je voulais mettre en avant le corps d’une femme, celui de mon héroïne, Colette. Colette est obèse et souffre de boulimie. Elle a renoncé à son corps, mais pas à celui des autres. Elle a même décidé de devenir masseuse pour magnifier d’autres corps, d’autres femmes. Elle s’est fait embaucher au salon de beauté « La toilette de Vénus » dans le XVIIe arrondissement de Paris. Elle aime par-dessus tout palper, frotter, assouplir les chairs. Ses sens s’ouvrent aux relâchements des muscles de ses clientes.


Pourquoi ce titre « Le ventre de Vénus ? »

Mon héroïne est esthéticienne à l’institut « La toilette de Vénus ». Vénus est la déesse de l'amour, de la séduction, de la beauté féminine dans la mythologie romaine. Vous le comprendrez, tout le contraire de Colette qui est encombrée par un corps lourd et disgracieux. Elle a du ventre, mais surtout, elle cache un secret au fond de ses entrailles, de ce ventre, au sens propre et au sens figuré ; toute l’histoire tend vers cette question : que cache-t-elle donc sous son ventre ? Quel est ce secret qu’elle enfouit depuis quinze ans ?


Et le résumé ?

J’ai eu du mal avec ma 4e de couverture, je voulais présenter l’intrigue sans trop en dévoiler, j’ai retenu des conseils ici ou ailleurs, évoquer l’élément déclencheur (la rencontre avec Adrien, plongé dans le coma, qu’elle masse au domicile de sa mère chaque soir en sortant du travail) et terminer par les thématiques abordées, la question de la filiation et les secrets de famille que partagent Colette et Adrien. Un roman qui tire les fils de leurs deux histoires pour converger vers une intrigue commune.


La punchline : Mais que cache-t-elle sous sa graisse ?

C’est provocateur, c’est peu flatteur, mais ce livre n’a justement pour but que de réhabiliter le corps d’une grosse femme, condamner la grossophobie, et clamer la beauté de Colette, l’autre beauté, celle qui est intérieure, sa quête pour se reconstruire sans détruire les êtres qui comptent pour elle.


Le thème principal ?

Ce roman pose la problématique qu’on ne peut pas sereinement avancer dans la vie si on ne sait pas d’où l'on vient. Cette question traverse ce livre, car elle traverse l’histoire de ma famille d’une certaine façon. Je suis enracinée dans l’histoire de mes grands-parents qui ont dû fuir la guerre, l’obscurantisme en Europe, mais aussi en Asie orientale, il me manque un pan de leur histoire, leur non-dit et leur peur ont conditionné leurs silences, sans doute pour ne pas sombrer.


Pourquoi ce roman ?

Si j’ai écrit cette histoire, c’est justement pour entrer dans les secrets d’alcôves, ceux qui sont honteux, ceux qu’on ne s’explique pas, entrer dans l'esprit d’une jeune femme, qui a une époque de sa vie, a fait un choix irrationnel. Elle n’en comprenait pas les raisons sur le coup. Car il existe des choix inconscients, des loyautés durables, elle va tenter de s’y frotter, ça touche chacun d'entre nous, à un moment ou à un autre je pense.

Sa valeur ?

J’espère que cette histoire touchera les lecteurs. A travers Colette, c’est l’idée de ne pas juger, de ne pas se juger surtout, et refuser de dépérir. En somme, affronter ses zones d’ombre.

Ma vie d’auteure ?

Ce 5e roman a été un travail d’écriture plus difficile et passionnant en même temps. Il m’a donné plus de fils à retordre et j’ai voulu comprendre davantage le processus d’écriture justement, j’ai donc contacté Cyril Destocky, un coach littéraire, et il me semble avoir progressé grâce à lui sur la question de l’intrigue, des personnages, et d’être entrée plus profondément dans leurs mondes intérieurs que dans mes romans précédents.


Donc, le mot de la fin ?

En un mot, entrer dans le ventre de Vénus c’est revenir au début de tout !


pour le commander, c'est ici



Posts récents

Voir tout

Écrire ou jardiner ?

Je suis dans une phase de réécriture de mon nouveau roman. Qu'est- ce à dire ? C'est comme travailler la terre, la retourner, débroussailler, couper, replanter. D'un terrain vague, composer un jardin

suivez-moi

© 2019
Proudly created with Wix.com

 

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now